DISPONIBLE 24/24 ET 7/7

DEVIS GRATUIT

Lorsque l’on perd un proche, de nombreuses démarches sont à entreprendre, parfois dans un délai très court.

À cela s’ajoute un certain nombre de décisions à prendre, décisions importantes mais souvent douloureuses.

Afin de limiter l’angoisse administrative liée à un décès, votre Pompes funèbres de l’Odet vous accompagne dans les formalités les plus urgentes, à régler au moment du décès et en vue des funérailles.

L'inhumation

L’inhumation, c’est le fait de mettre un défunt en terre.
On inhume les défunts dans des cimetières, dans un délai compris entre 24 heures et six jours ouvrables. L’autorisation d’inhumer est donnée par la mairie de la commune où se trouve le cimetière. Chez Les pompes funèbres de l’Odet, nous nous chargeons de toutes les démarches pour obtenir cette autorisation pour vous et réaliser l’inhumation dans les délais, selon vos souhaits.
Une sépulture déjà existante doit être ouverte au moins deux heures avant de procéder à l’inhumation. Selon la disposition des lieux et le nombre de personnes présentes, l’hommage au cimetière peut avoir lieu juste devant la sépulture ou à une petite distance. A la fin de l’hommage, les porteurs font doucement descendre le cercueil dans la tombe ou le caveau, qui sera ensuite refermé.

monument funéraire avec gravure

La concession

L’emplacement du cimetière où est inhumé le défunt s’appelle une concession. Celle-ci est cédée par la commune pour une durée plus ou moins importante : 15 ans, 30 ans, 50 ans ou à perpétuité, les durées proposées varient selon les cimetières.
Il existe différents types de concessions. Les concessions individuelles, qui ne sont destinées qu’au seul concessionnaire, les concessions collectives, dans lesquelles peuvent être inhumées les personnes désignées sur l’acte de concession, et les concessions familiales. Ces dernières sont les plus courantes. Le concessionnaire, son conjoint, ses enfants, ascendants et descendants peuvent y être inhumés.
Il est possible d’acquérir de son vivant une concession dans un cimetière de la commune où l’on réside où, si l’on réside à l’étranger, de la commune sur laquelle on est inscrit sur les listes électorales.
Un défunt peut être inhumé dans une concession déjà existante, mais il peut aussi obtenir un emplacement dans un cimetière de la commune dans laquelle il résidait ou de la commune dans laquelle il est décédé.

La fosse pleine terre et le caveau

On inhume un défunt dans une fosse pleine terre quand le cercueil est placé à même la terre, dans une fosse creusée à cet effet, qui est ensuite rebouchée. La fosse pleine terre accueille généralement un ou deux défunts, selon la profondeur à laquelle a été enterré le premier cercueil. Il est possible de faire réaliser un monument sur une fosse pleine terre, mais il faut pour cela attendre  que la terre se soit tassée après l’inhumation.
Le caveau, à l’inverse, est bâti. Il s’agit d’une construction souterraine pouvant accueillir entre un et six défunts, voire plus. Les caveaux sont plus durables que les fosses pleine terre et permettent de réunir une famille en une seule sépulture. Un caveau se prête particulièrement à la construction d’un monument, mais celui-ci n’est pas obligatoire. Il est en effet possible de refermer le caveau avec une simple dalle de béton ou de granit.
Il est moins coûteux de faire creuser une fosse pleine terre que de faire poser un caveau, mais le caveau est plus intéressant à long terme puisqu’il peut abriter plus de défunts.

 

La crémation

La crémation est le processus visant à consumer le corps d’un défunt pour en récupérer les cendres.
En France, la crémation doit obligatoirement se faire au sein d’un crématorium, une structure habilitée dotée d’équipements spécialisés.

Le crématorium de Quimper

Le crématorium de Quimper dispose d’une salle de cérémonie équipée de bancs et d’un système de sonorisation permettant de diffuser de la musique et d’un système de visualisation permettant de diffuser des vidéos.
Une crémation dure généralement entre une heure et demie et deux heures. Au terme de celle-ci, le crématorium remet les cendres dans une urne ou les disperse dans son jardin du souvenir, selon vos souhaits.
Il n’est pas obligatoire de rester au crématorium jusqu’à la fin de la crémation. Chez les Pompes funèbres de l’Odet, nous vous proposons de récupérer les cendres pour vous une fois la crémation terminée et de vous les remettre ensuite. Vous pouvez ainsi partir dès la fin de la cérémonie pour vous retrouver en famille ou partager un moment d’intimité avec vos proches.

La destination des cendres

Lorsqu’on choisit la crémation, il faut aussi réfléchir au devenir des cendres. Depuis 2008, il est interdit de conserver les cendres d’un défunt chez soi ou de les partager.  Deux options sont possibles pour les cendres : la dispersion ou l’inhumation.

La dispersion des cendres

Les cendres peuvent être dispersées dans deux types de lieux : soit en pleine nature, soit dans un jardin du souvenir, prévu à cet effet.
Il n’existe pas de définition juridique précise de la « pleine nature ». Cependant, il apparaît clairement que la pleine nature exclut la voie publique de même qu’une propriété privée. Il est donc interdit de disperser les cendres dans son jardin.
Aucune autorisation n’est nécessaire pour disperser des cendres en pleine nature, mais il est obligatoire de déclarer la dispersion auprès de la mairie de la commune de naissance du défunt.
Le jardin du souvenir est un espace prévu pour la dispersion des cendres dans un cimetière ou un crématorium. Pour y disperser des cendres, il faut obtenir l’autorisation du maire de la commune où se situe le jardin.
Certaines urnes sont pensées spécialement pour la dispersion. Elles sont souvent plus légères et constituées de matériaux biodégradables. Si vous souhaitez que les cendres soient dispersées au jardin du souvenir du crématorium à la fin de la crémation, l’urne ne sera pas nécessaire.

articles funéraires

L’inhumation de l’urne

Les cendres peuvent également être conservées. Elles doivent alors être inhumées dans une sépulture existante ou dans une concession cinéraire, spécialement destinée à recevoir des urnes.
Si vous possédez déjà une concession, il est possible d’y inhumer l’urne cinéraire. Cela permet de rassembler en un même endroit différents membres d’une famille, qu’ils aient souhaité être inhumés ou crématisés. Certaines urnes peuvent être scellées sur un monument existant et devenir une part de celui-ci. Dans ce cas, il faudra choisir une urne adaptée à cet usage, généralement en granit.
Il est aussi possible d’acquérir une concession cinéraire : case de columbarium ou cavurne.
Le columbarium est une sorte de monument collectif constitué d’un ensemble de cases individuelles pouvant accueillir une ou deux urnes. Ces cases sont fermées par des plaques de granit ou de plexiglas sur lesquelles est gravé le nom du défunt.
Les cavurnes sont des caveaux miniatures destinés aux urnes. Comme pour des caveaux traditionnels, il est possible d’y faire poser un monument. Ces espaces sont plus faciles à personnaliser qu’une case de columbarium, mais souvent plus coûteux.

porta. quis venenatis dolor pulvinar luctus neque. ipsum odio Phasellus